Accueil / Vin / Le millésime 2018, riche en fruit et en volume, merci le réchauffement?
Temps de lecture: 4 minutes
 
En 2018, les vignerons français ne se sont pas tous plaints du réchauffement climatique! Même si le début de l’année dernière semblait mal parti pour eux avec un hiver doux et pluvieux. Autant dire qu’ils avaient encore en mémoire le gel et la sécheresse qui avait amputé la récolte de 2017. C’est ce que nous a expliqué l’oenologue Myriam Huet lors du lancement de la Carte des Millésimes des Vin de France 2019, ce jeudi 18 avril, à Paris.
 
Myriam Huet et Olivier Bouché

L’’œnologue Myriam Huet et Olivier Bouché, Président de la Compagnie des Courtiers Jurés Experts Piqueurs de Vins de Paris, lors de la soirée de lancement de la carte millésimes des vins France 2018

Myriam Huet s’y connait bien, elle est une des quelques femmes qui font partie de la Compagnie des Courtiers Jurées Experts Piqueurs de Vins de Paris. Elle continue alors à nous expliquer qu’en 2018 après l’hiver les nappes phréatiques sont bien remplies. Le débourrement (quand les bourgeons éclosent et la vigne se réveille) est précoce et il y a encore et encore de la pluie. Par conséquent, le mildiou, ce champignon qui adore les printemps pluvieux et doux, attaque les vignes. « Grosse pression!», avoue-t-elle.
 

La vigne aime la chaleur…

Puis fin mai, début juin, les températures montent, on se souvient tous des écarts de températures: la nuit, il faisait environ 80C et en journée 300C! On ne savait plus comment s’habiller mais les vignes, elles, elles aimaient cela. Ce chaut-froid c’est comme un plat aigre-doux, très nourrissant pour les baies de raisin qui aiment les contrastes thermiques tempérés.
 
Ainsi lorsque la planète gagne un degré en plus au cours d’un demi-siècle, les vignobles plus froids, La Loire, par exemple, gagnent en qualité avec des conditions plus favorables à la viticulture. La chaleur offre une meilleure maturation du raisin ce que tout vigneron cherche dans une certaine mesure. Mais le bilan par région est bien plus contrasté.
 
Quand Météo France annonce donc en 2018 un été particulièrement chaud (le plus chaud après 2003 et sa canicule meurtrière), les vignerons qui ont réussi à traiter leurs plantations contre le mildiou (avec des produits chimiques bien sûr!) sont heureux! 

 

… mais pas toutes

De l’autre côté, les vignerons en bio, n’ont que leurs yeux pour pleurer. L’addition chaleur plus pluie a multiplié la difficulté dans le combat contre le redoutable mildiou. Les vignobles qui ont plus souffert l’année dernière furent ceux du Languedoc, du Sud-Ouest et du Bordelais, les plus engagés aujourd’hui en France dans une viticulture plus saine, plus raisonnée et dans le respect de la nature. Mais leurs efforts n’ont été récompensés que par un rendement très faible. « Grosse perte, la nature déréglée n’a pas su faire son travail toute seule », a confessé un vigneron de la très réputée appellation Pomerol qui a choisi de ne pas traiter ses vignes.
 

Volume et qualité

Mais au global pour le commerce du vin ce n’est pas trop grave, voir pas grave du tout… puisque le vignoble français a produit 49,5 millions d’hectolitres en 2018, contre seulement 35,6 millions l’année précédente. Une hausse de 39% par rapport à 2017, un franc succès. Cela a en effet été« une belle année en volume et en fruit », assure Myriam Huet nous confirmant que la Loire, la Bourgogne et la Champagne feront de très beaux millésime 2018 surtout « la Champagne qui a eu tous les ingrédients d’un grand vin: de l’acidité et du sucre », conclut-elle
 

Le millésime 2018

Les invités de cette soirée parisienne, verre à la main, moi y compris, étaient tous enthousiastes car l’année prochaine nul ne ratera l’opportunité de dénicher des super millésimes. Pour les amoureux du vin bio ce sera plutôt la chasse aux trésors.
 
Bref, les conséquences du réchauffement climatique sur la vigne et le profil des vins sont certainement différemment appréciées chez les vignerons. Et pendant ce temps, les vignobles bourguignon et champenois se battent contre le gel du printemps… 2019 annoncera-t-elle de nouveaux records en température et en hectolitres?
Consommez avec modération