Accueil / News / 20/Culture / 20/Culture: Noël avec Eros et Dyonisos 

Article réservé à nos abonné.e.s

Temps de lecture: 4-5 minutes

20Culture-Décembre 2020

Oui, nous sommes bien d’accord, l’année qui s’achève est celle de tous les défis. Face à la pandémie qui nous est tombée dessus en nous laissant KO, on nous demande de rebondir, de nous réadapter, de nous réinventer, tout un programme exigent et ô combien existentialiste. 

Nous avons vécu une année empêchée. Difficile. Douloureuse. Inquiétante. Inédite. Un virus nous a obligés à rester confinés, éloignés les uns des autres, en manque d’amour, de tendresse, d’amitié. Fini les grandes tablées, les apéros, les rencontres, les retrouvailles, les fêtes, les baisers à n’en plus finir. Trêve des plaisirs. Comme dirait Jean d’Ormesson, « c’est une chose étrange à la fin que le monde… »

Mais je m’égare, car le sujet de cette chronique est bel et bien le vin, cet élixir. « Rien ne surpasse le pain et le vin dans la mémoire mythique et nourricière de l’homme », dixit Bernard Pivot. Peut-être que dans un contexte pareil il est de bon augure de se tourner vers cela : les valeurs sûres. Qu’il soit effervescent, jeune, mousseux, cuit, clairet, liquoreux ou long en bouche, c’est lui le protagoniste de ces lignes. Rouge, blanc ou rosé, le vin est pluriel. 

Par ailleurs on souscrit volontiers à la citation de Pasteur qui souligne qu’il y a plus de philosophie dans une bouteille de vin que dans tous les livres. In vino veritas !

En cette fin d’année morose nous allons tous trinquer car on trinque pour le plaisir d’être ensemble – même si cela doit se faire en tout petit comité et avec modération. 

Pour continuer à lire cet article connectez-vous ou abonnez-vous à My Tasty Travel

⤵️

L’article est réservé à nos abonné.e.s

Je me connecte
Je m’abonne

Quand les philosophes antiques s’intéressent au sel de la vie

Anselm_Feuerbach_Le banquet de Platon

Anselm Feuerbach, Le Banquet de Platon, 1869, Staatliche Kunsthalle Karlsruhe (Allemagne) Copyright: Wikipedia

“Suivant Xénophon on élisait un chef de banquet (sumposíarkhos) qui … devait fixer à l’avance le nombre de coupes que devait vider chaque convive”  Le Banquet, Platon, traduction Luc Brisson , GF Flammarion. Et si pour ces fêtes on élisait un chef de beuverie pour parler d’amour tout en gardant la distanciation sociale?